Les produits « sans... » mieux réglementés

01/07/2019 Profession/réglementation
Profession/réglementation  Les produits « sans... » mieux réglementés

La Febea (Fédération des entreprises de la beauté), mais aussi les pouvoirs publics veulent mettre de l'ordre dans les allégations des produits «sans» en restreignant énormément leur usage au 1er juillet 2019. Le développement des mentions «0%» ou « sans » s’est fait dans un contexte d'inquiétudes croissantes en termes de santé publique et d'environnement. Sauf que la machine s'est emballée. Deux cas sont emblématiques : la mise à l'index des parabens -dont seuls ceux à chaîne longue posent problème- a fait ressortir des conservateurs bien plus problématiques, les MIT et MCIT (irritants et allergènes) sur des produits étiquetés «sans paraben». Et on note aussi le cas des «sans ammoniaque», remplacés par des éthanolamines dont on connaît mal les effets... Bref, le sujet est complexe, d’autant que plus de 20% des produits vendus comportent la mention «sans» ou ses équivalents. «L'Union européenne a décidé d'encadrer de façon plus rigoureuse ces allégations, ce qui va se concrétiser en juillet par un durcissement des règles d'utilisation», précise Anne Dux, directrice des affaires scientifiques et réglementaires à la Febea. En ligne de mire, le dénigrement des ingrédients autorisés et par ricochet des entreprises qui les utilisent, ou encore le fait de mettre en avant des «sans» qui n'ont aucun sens par rapport au produit. Pour parer à l'accusation de censure, la Febea va mettre en ligne en accès libre les données des études parfois contradictoires sur les ingrédients tout en donnant son avis documenté. Finis les «sans», «0%» et autres «free» ? Pas totalement, mais le bénéfice devra être clair. «Les mentions ‘’sans’’ ne vont pas disparaître, mais elles devront suivre des règles objectives. Comme ‘’sans alcool’’, pour un produit qui peut être utilisé par toute la famille, et notamment les enfants : ici, cela se justifie, estime Anne Dux. ‘’Sans ingrédients d'origine animale‘’ aussi, pour les végans. Pour le ‘’sans ammoniaque‘’, on est à la limite, mais ça peut passer ! Pour les produits naturels, les règles sont clarifiées, le pourcentage indiqué tiendra compte de ce qui est 100% naturel, pas de ce qui a été transformé à partir d’ingrédients naturels. Cela pose d'ailleurs un problème pour les certifications qui autorisent le mélange des deux. Pour revenir aux ‘’sans’’, nous voulons que l'on arrête de vendre du vide pour avoir une communication positive sur ce qui est présent dans le produit !»

À LIRE AUSSI

Proximeo : un nouveau dispositif pour les artisans

Proximeo est un dispositif paritaire mis en place par la CFDT, la CFE-CGC, la CFTC et la CGT-FO ainsi que l'U2P à l'attention des salariés et chefs d'entreprise de l'artisanat, pour les TPE de moins de 50 salariés. Après une inscription gratuite il permet, via une plateforme internet et une application mobile, de bénéficier d’offres avantageuses négociées collectivement

Les salaires minimums coiffure relevés au 1er janvier

Avec l'extension de l’avenant n° 42, selon le niveau des postes, les salaires de référence augmentent de 25 à 50 euros dans la coiffure. Ainsi le coiffeur débutant voit son salaire minimum brut pour 35 heures passer de 1508 euros à 1534 euros, et la manager échelon 1 voit le sien passer de 1911 euros à 1950 euros.

Taxe rose dans la coiffure : le retour !

La coiffure est devenue la victime médiatique préférée des dénonciateurs de la « taxe rose ». C’est-à-dire le fait (avéré dans de nombreux cas) de faire payer les femmes plus cher que les hommes un même produit ou service. Une nouvelle pétition attaque injustement la coiffure, qui maltraiterait les femmes...