La coiffure, bilan de sortie de crise

21/09/2021 Profession/réglementation
Profession/réglementation  La coiffure, bilan de sortie de crise

L’année 2020 s’est achevée sur une baisse de 20% de l’activité, tandis qu'était enregistrée  une hausse du nombre d’établissements de coiffure de 2% relève l’Unec (Union nationale des entreprises de coiffure) dans sa dernière étude, soient 98 000 établissements, dont 68 800 salons, regroupant 178 000 actifs dont 109 000 salariés (17% en alternance). Les mesures de soutien ont fait chuter les défaillances d’entreprises ce qui a compensé la forte baisse des immatriculations (-9% en 2020). Plus gênant nous avons encore perdu 2 250 salariés, à 90% du fait d’un transfert vers la micro-entreprise (à domicile ou dans de petits salons sans salarié). Ce sont désormais 58% des établissements qui n’emploient aucun salarié. Pour 100 000 habitants la France compte ainsi 107 salons et 39 coiffeurs à domicile. Les nouvelles installations se concentrent sur les plus grosses agglomérations (+3% et même +4% en Ile-de-France) ou les communes rurales. Près de 40% des salons n’ont toujours pas retrouvé leur activité d’avant crise dans un marché durablement déstabilisé par les changements d’habitudes de travail, de rassemblements ou de fêtes, y compris familiales. Les systèmes d’aide ont bien fonctionné, ainsi 93% des entreprises ont bénéficié du fonds de solidarité de premier niveau, les salons sont 26% à avoir eu recours au prêts garantis par l’Etat (PGE), avec une moyenne entre 18 000 et 22 000 euros, près de la moitié voulant le rembourser en un an. Le chômage partiel a représenté 248 millions d’heures indemnisées, avec un pic en avril et novembre 2020 à respectivement 38,1% et 29.5%. Si la chute de l’apprentissage semble enrayée (autour de 17 800 jeunes) la voie scolaire poursuit sa chute (autour de 5400, soit encore -14% en 2020).

À LIRE AUSSI

Crédit d'impôt formation

Les dirigeants d’entreprise qui souhaitent acquérir de nouvelles compétences ou se perfectionner bénéficient d'un avantage fiscal jusqu'au 31 décembre 2022. Celui-ci prend la forme d’un crédit d’impôt sur leurs dépenses de formation nous rappelle Cerfrance

Le retour de la prime exceptionnelle exonérée

Cerfrance rappelle que la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat (PEPA), toujours facultative, revient ! La période de versement court du 1er juin 2021 au 31 mars 2022. La prime est exonérée d'impôt et de cotisations dans la limite de 1 000 € par bénéficiaire ; le plafond est porté à 2 000 € :