Alerte sur le défrisage !

20/11/2023 Réglementation
Réglementation  Alerte sur le défrisage !

Bien que les services de défrisage soient en perte de vitesse, ils sont encore largement utilisés et surtout très mal contrôlés avec parfois des filières douteuses. Depuis la rentrée 2023, ils sont dans le viseur de la FDA (food and drug administration) américaine qui se concentre sur ceux contenant des formaldéhydes et ses précurseurs, transformés lors du chauffage. L’agence pourrait aller plus loin dans ses recommandations de restriction d’utilisation, même si elle n’a pas le pouvoir d’interdire ces produits. On se souvient en 2011 du débat en Europe et en France autour du formaldéhyde dans la foulée du succès des lissages brésiliens dont certains avaient des taux qui crevaient le plafond ! les conséquences étant, surtout pour les professionnels, un risque accru de problèmes respiratoires, d’irritations cutanées et de réactions allergiques voire de cancers. Le bab buzz se poursuit après une étude parue fin 2022 et réalisée sur des utilisatrices, soient plus de 33 000 femmes, durant une dizaine d’années soulignant un probable lien entre les produits de lissage et défrisage chauffés et l’augmentation de la prévalence de cancers de l’utérus chez les utilisatrices régulières de 35 à 74 ans.


les suites d’une étude de 2022


La FDA a mis un an à s’emparer du dossier mais semble accélérer le mouvement. En cause, un risque plus de deux fois supérieur, passant de 1.64% sur une population test à 4.05%, pour les accros aux lisseurs déclarant avoir utilisé des produits lissants plus de quatre fois durant l’année écoulée. Les femmes interrogées étaient à 60% noires ce qui met surtout en lumière les produits de défrisage que certaines utilisent régulièrement. L’étude, déclarative, manquait de précision sur la nature des produits utilisés, mais elle alerte sur plusieurs composés, notamment formaldéhyde mais aussi perturbateurs endocriniens, à l’action renforcée par l’utilisation de la chaleur des lisseurs. En France le taux maximum autorisé est de 0,2% de formaldéhyde. Pour apposer la mention « sans formaldéhyde » le taux doit même être inférieur à 0,05%. Il y a une dizaine d’année certains produits importés ont été testés avec des taux entre 5 et 50 fois supérieurs aux seuils réglementaires ! Si les marques ayant pignon sur rue, surtout les fabricants français et européens sont très contrôlés, le problème vient des achats sur internet de produits non conformes à la réglementation. Rappelons cependant que même en respectant la réglementation des précautions s’imposent. La base : une bonne aération des locaux, l’application de produits en général, surtout chauffés, générant souvent des molécules indésirables diffusées dans l’air ambiant. De la même façon nombre de marques ou de spécialistes du lissage ne recommandent pas l’application de l’ immense majorité des lissants sur les femmes enceintes ou les enfants, pas seulement du fait du formaldéhyde mais aussi de la présence régulière de perturbateurs endocriniens.

À LIRE AUSSI

Le Smic à 1767 euros au 1er janvier

Au 1er janvier 2024, le Smic devrait être revalorisé de 1,13%, soit un brut horaire de 11,65 euros (au lieu de 11,52 euros). L’augmentation est calculée en fonction de l'inflation en novembre, qui a atteint 3,5% en glissement annuel. Le Smic mensuel brut pour 35 heures est de 1766,92 euros, (+ 19,72 euros) soient 1.398,69 euros net.
18/12/2023 Réglementation

La guerre des labels naturels ?

Après la prise de conscience de l’impact environnemental et la recherche d’une consommation plus responsable, la certification puis le marketing se sont emparés du sujet. Pour le meilleur et parfois pour le pire…
27/11/2023 Réglementation