20 mesures pour relancer l'apprentissage

10/02/2018 Profession/réglementation
Profession/réglementation  20 mesures pour relancer l'apprentissage

Les 20 mesures prises par le gouvernement pour relancer l’apprentissage viennent d’être connues. Parmi les principales : les branches professionnelles pourront décider de l’ouverture des CFA, ce qui était auparavant du ressort des régions. Le financement des CFA sera simplifié, avec la création d’une «contribution alternance» qui remplacera la taxe d’apprentissage et la cotisation destinée aux contrats de professionnalisation. Une contribution dont le montant sera à fixer par les partenaires sociaux. Par ailleurs, l’apprentissage sera possible jusqu’à 30 ans, contre 26 aujourd’hui ; les entrées en apprentissage pourront se faire tout au long de l’année. Pour les 16-20 ans, la grille de rémunérations progressera, avec un gain net de 30 euros par mois, mais qui sera «neutre pour les TPE et les PME» a précisé Muriel Pénicaud, la ministre du Travail. Tout apprenti âgé d’au moins 18 ans pourra prétendre à une aide de 500 euros pour passer son permis de conduire. Enfin, des actions seront menées pour sensibiliser les familles et les jeunes : plus de journées d’information, communication sur les taux d’insertion professionnelle dans chaque branche…

Photo : D.R.

À LIRE AUSSI

Du rififi chez les MOF

Manifestation devant l’Assemblée Nationale, groupe Facebook « 100 MOF en colère ! »… la grogne gronde chez une partie des MOF contre le COET-MOF, la structure qui organise le célèbre concours....

PD : un terme reconnu discriminatoire

En 2015, un coiffeur qui avait été licencié en étant, notamment, traité de PD. Si les Prud’hommes n’étaient pas allés dans le sens du salarié, la Cour d’Appel de Paris a au contraire reconnu discriminatoire de ce licenciement. On été retenus: la nullité du licenciement et le préjudice moral

Condamnation d’un esclavagiste de coiffeurs

Jeudi 8 février 2018 le gérant d’un de ces salons afro qui pratiquent en toute illégalité vient d’être condamné en première instance pour "traite d'êtres humains". Situé à Paris dans le 10e , il avait défrayé la chronique suite à une grève de ses employés, clandestins et exploité, soutenus par la CGT.