Les chiffres de la coiffure

14/01/2020 Produits/Marchés
Produits/Marchés   Les chiffres de la coiffure

Ces dix dernières années, l’économie de la coiffure a connu des années en dents de scie. Toutefois, depuis quelques mois certains indicateurs se redressent : vrai printemps ou été indien ? L’avenir le dira ! La coiffure compte plus de 85 000 établissements, dont 74 % en salon et 26 % à domicile, pour un effectif global de 180 000 personnes. Sur ce total comptabilisé fin 2018, la profession employait 112 253 salariés. Évolution majeure en dix ans : le nombre de salariés de la coiffure a chuté de 15 % alors que le nombre d’entreprises augmentait de 40 %. Aujourd’hui, l’effectif moyen en salon est de 2,36 personnes et il atteint 2,86 si l’on inclut les apprentis et les contrats de professionnalisation. Près de 30 % des salons physiques emploient un ou deux salariés, et 15 % entre trois et cinq.
Désormais, ce sont 55 % des entreprises qui n’ont aucun salarié, une conséquence directe de la multiplication des microentreprises et des coiffeurs à domicile. On touche là à l’un des problèmes du développement des microstructures qui ne créent pas de nouveaux emplois et ne forment quasiment aucun jeune. Malgré cela, l’apprentissage repart à la hausse mais un peu en trompe l’œil : l’essentiel des nouveaux entrants est enregistré parmi les post-bac et les plus de 25 ans, l’ouverture de contrats d’apprentissage étant désormais possible jusqu’à 30 ans grâce à la loi « avenir professionnel ». Pour le moment, cela ne concerne que marginalement nos métiers de la beauté.
Après une forte croissance du nombre d’entreprises, associée paradoxalement à une baisse du chiffre d’affaires global, la situation financière n’arrêtait pas de se dégrader. Elle s’améliore enfin, le chiffre d’affaires du secteur repasse la barre des 6 milliards d’euros pour la première fois depuis dix ans ! Le nombre de visites a cessé de chuter, se maintenant autour de 4,5 passages par an. Pour autant, la très légère augmentation de l’activité a surtout servi à restaurer les trésoreries et pas à investir, du fait de plusieurs années difficiles… Et ce, d’autant que les structures de moins de dix salariés étaient encore en baisse en 2018 (- 0, 5 %), même si un léger rebond de 1,2 % a été enregistré à la mi-2019. Sans être très élevé, le chiffre d’affaires moyen par salon se redresse, pour atteindre 76 000 euros. Les grandes agglomérations profitent de cette hausse, les petites communes aussi, mais dans une moindre mesure. Une croissance qui s’effectue sans création d’emploi du fait d’une prédominance de petites structures. La coiffure fait partie du top 5 des entreprises qui maintiennent leur activité dans les zones les moins bien loties économiquement. Les dirigeants de salons sont essentiellement des femmes (84 %), une situation logique sachant que 90 % des coiffeurs sont des coiffeuses ! Ces dernières ont en moyenne 46 ans. Enfin, malgré le retour de la coiffure homme, les salons strictement masculins ne représentent que 3 % de l’ensemble.Où sont les salons de coiffure ? 56 % en milieu urbain/ 37 % en milieu rural et petites communes/ 7 % en centres commerciaux..Quel positionnement pour les salons ? 80 % en moyenne gamme (25 à 40 euros*)/ 10 % en entrée de gamme (sous les 25 euros)/ 9 % en haut de gamme (41 à 55 euros)/1 % en luxe (au-dessus de 55 euros). L’état de formation 2018/2019: l’apprentissage se redresse, avec 17 754 élèves (-30 % en dix ans)/ Les contrats de professionnalisation atteignent 2 068 personnes (-25% en dix ans)/ La voie scolaire poursuit sa chute avec 6 574 élèves (-40% en dix ans).


*Shampooing/coupe/coiffage femme (20 % d’écart entre l’Ile-de-France et le reste de la France).

Source : Unec/ Insee/ Fiducial/FCGA/IMS-Maaf.

À LIRE AUSSI

Patrice Mulato chez Franck Provost

La gamme Repigmentant de Patrice Mulato, produits phares de la marque depuis son lancement en 2007, intègre le réseau Franck Provost et fête en parallèle ses 1 an dans le réseau L'Atelier Intermède
01/03/2024 Produits/Marchés

Extensions du domaine de la mode

Les stars ne s’en lassent pas. Certaines vont jusqu’à en abuser pour réaliser des coiffures les plus excentriques. Miley Cyrus ou Britney Spears en sont les meilleurs exemples. Depuis quelques temps, les extensions se démocratisent et s’affichent sur les réseaux sociaux. Désormais, leurs prix et leurs techniques varient et tout porte à croire qu’elles sont promises à un bel avenir.
10/01/2024 Produits/Marchés