NOS EXPERTS

Eric Ghirlanda

Eric Ghirlanda

De formation comptable, et après un parcours long et varié depuis 30ans au sein du Cegeco-AGC, Eric Ghirlanda assume la Direction Technique Nationale. Forte de 4 personnes, elle vient en appui permanent de nos antennes dans l'exécution et l'enrichissement de nos missions auprès de nos adhérents. La vision de son métier : placer en permanence le coiffeur à la convergence des compétences internes et externes, afin qu'il bénéficie de la valeur ajoutée dont a besoin son entreprise.
Créé sous forme associative en 1976 par et pour l’artisan coiffeur, dirigé par des coiffeurs, la raison d’être du CEGECO (Centre de Gestion de la Coiffure) est de permettre la mise en commun la plus efficace possible des moyens et services utiles et nécessaires à la bonne gestion de votre entreprise de coiffure. Le CEGECO est devenu en 35 ans un interlocuteur incontournable, un référent, en terme de connaissance, d’expérience et de savoir-faire  sur le segment coiffure.

La Rédaction de L'Eclaireur www.leclaireur-coiffeurs.com

La Rédaction de L'Eclaireur www.leclaireur-coiffeurs.com

L' équipe de la rédaction de L' ECLAIREUR composée de  Eve Laborderie, Brice Thiron et  Catherine Sajno, et tous nos journalistes  ou contributeurs plus occasionnels ont  réuni les archives de L'ECLAIREUR, ainsi que les principaux textes officiels et réglementaires pour vous vous apporter des réponses aux questions classiques que vous vous posez dans le cadre de la gestion et le développement de votre salon. Vous bénéficiez ainsi de plus de 45 ans d' expérience de la coiffure cumulées par nos équipes,  lesquelles ont interviewé  les plus grands professionnels  dans tous les métiers.

POSER VOS QUESTIONS POSER VOS QUESTIONS POSER VOS QUESTIONS
10 mai 2018

Mon mari et moi souhaiterions acheter un fonds de commerce coiffure pour y travailler en couple (Mr en nom propre et moi, conjointe collaboratrice)
Actuellement, il y a une salariée âgée de 45 ans avec CDI de 35h et une ancienneté 7 ans
Le vendeur ne se chargera pas de son licenciement et pour que l'affaire soit viable financièrement pour nous, il faudrait la licencier (ce qui ne nous emballe pas humainement d'ailleurs mais l'affaire est intéressante). J'ai pu voir sur internet que cela pourrait rentrer dans le cadre 'licenciement économique' mais en fait, je vais faire son travail donc peut être que ce licenciement peut paraître abusif ?
Merci de votre aide car si ce licenciement ne peut pas se faire, nous ne pouvons pas acheter cette affaire



Bonjour

Il existe un principe prévu par le code du travail

S’il survient une modification dans la situation juridique de l’employeur, notamment par succession, vente, fusion, transformation du fonds ou mise en société, tous les contrats de travail en cours au jour de la modification subsistent entre le nouvel employeur et le personnel de l’entreprise.

Donc, le nouvel employeur doit prendre à son service les salariés transférés.

À défaut, il s’expose au paiement de dommages et intérêt pour licenciement sans cause réelle et sérieuse.

Cependant, une fois le transfert effectué, le repreneur est bien entendu en mesure de licencier un salarié si un motif réel et sérieux, personnel ou économique, le justifie.

La réorganisation de l’entreprise nécessaire à la sauvegarde de sa compétitivité fait partie des causes prévues par la loi pour motiver un licenciement pour motif économique. Cette situation semble exploitable dans votre situation et votre projet de reprise.

N'hésitez pas à contacter votre bureau CEGECO le plus proche (réseau associatif d'expertise comptable et spécialiste de la gestion des salons de Coiffure) pour vous accompagner dans cette reprise d'activité.

Tous nos vœux de réussite !