NOS EXPERTS

La Rédaction de L'Eclaireur www.leclaireur-coiffeurs.com

La Rédaction de L'Eclaireur www.leclaireur-coiffeurs.com

L' équipe de la rédaction de L' ECLAIREUR composée de  Eve Laborderie, Brice Thiron et  Catherine Sajno, et tous nos journalistes  ou contributeurs plus occasionnels ont  réuni les archives de L'ECLAIREUR, ainsi que les principaux textes officiels et réglementaires pour vous vous apporter des réponses aux questions classiques que vous vous posez dans le cadre de la gestion et le développement de votre salon. Vous bénéficiez ainsi de plus de 45 ans d' expérience de la coiffure cumulées par nos équipes,  lesquelles ont interviewé  les plus grands professionnels  dans tous les métiers.

POSER VOS QUESTIONS POSER VOS QUESTIONS POSER VOS QUESTIONS
05 avril 2012

La mise en pli: en voie de disparition ou à faire renaître? Qu' en pensez vous SVP?

La mise en plis… Voilà une technique qui fleure bon la coiffure de mamie. Eh bien, plus tant que ça ! Depuis quelques petites années, elle reprend doucement du poil de la bête. Une bonne raison de se replonger dans les livres de CAP, tout en l’adaptant, bien sûr !

«Souvent, les plus jeunes écoutent les profs d’une oreille distraite et, il faut bien le reconnaître, les cours de mise en plis ne sont pas ceux qu’ils suivent le plus attentivement ! » note Alban Travia, directeur artistique France de Tigi. « Pourtant, ce qui est valable pour les autres techniques l’est aussi pour la mise en plis : il est utile de ne pas perdre ce savoir-faire », insiste Stéphane Amaru. Pour beaucoup, le constat est simple : après une vingtaine d’années pendant lesquelles le coiffé-décoiffé a régné en maître, un air nouveau souffle sur la coiffure, et les chevelures plus travaillées sont remises à l’honneur. Un peu au fer à friser, beaucoup aux fers lisseurs-boucleurs, et de plus en plus en mises en plis.

1 - LA BASE POUR PLACER LES VOLUMES
« Avec la mise en plis, le cheveu n’est pas sensibilisé, et on peut varier les effets autant que l’on veut, s’enthousiasme Alban Travia. La coiffure tient mieux, tout comme le volume au niveau des racines. Le résultat est bien meilleur qu’avec un fer boucleur et ce, même si nous continuons d’avoir besoin de cet outil, notamment pour les finitions. » Avec la mise en plis, nul besoin de beaucoup chauffer le cheveu : on maîtrise les effets et surtout le placement des volumes et boucles en enroulant les mèches autour de rouleaux de tailles différentes. « Résultat, explique Alban Travia, on obtient des volumes très naturels, qui donnent des looks plus apprêtés mais pas figés, convenant aussi bien aux gamines qu’aux femmes de plus de 40 ans. Attention, cependant : lorsqu’on fait une mise en plis à ces dernières, on ne doit pas placer les volumes ”à l’ancienne”. Auparavant, quand le coiffeur enlevait les rouleaux, il donnait un coup de brosse ; maintenant, il travaille la chevelure au sèche-cheveux et ”aux mains” pour rompre l’uniformité, mais il peut garder un dessus de tête plus classique. » Pour Stéphane Amaru aussi, il convient de ne pas trop coller à la tradition : « Nous n’avons plus ces clientes prêtes à passer des heures en salon. Aujourd’hui, pour séduire les femmes, il faut leur montrer que nous disposons d’une boîte à outils de techniques au service de looks renouvelables à l’infini. Car si nous faisons toujours la même chose, elles se passent vite de nous et apprennent à se débrouiller grâce aux vidéos de YouTube ! Actuellement, côté mise en plis, la demande est quasi nulle… mais c’est aussi vrai pour l’offre ! A nous de nous entourer de collaborateurs formés au maniement du fer ou à la technique de la mise en plis classique, mais avec des rouleaux larges. Qu’il s’agisse de placer un volume ou de réaliser des boucles ou des ondulations : on doit savoir poser rapidement les rouleaux chauffants. La mise en plis permet de bien travailler les cheveux longs, mais je l’évite pour les cheveux courts ; sinon, on retombe rapidement dans le rouleau scratch. Pour varier les styles, il ne faut pas oublier non plus de réaliser quelques crans au fer.»

2 - IRREMPLAÇABLE POUR TOUS TYPES DE BOUCLES
La mise en plis est donc beaucoup utilisée pour conférer volume et mouvement à la chevelure, mais cela n’empêche pas pour autant de cultiver le côté classique de cette prestation en se concentrant sur la boucle. « Là encore, le coiffeur doit adapter les techniques et le discours, estime Alban Travia. On peut redessiner une boucle naturelle afin de la rendre plus belle et plus souple, apprendre à la cliente à entretenir son look… En revanche, ce qu’on ne doit pas faire, c’est poser de nouveau des rouleaux d’1 cm.  Pour autant, les techniques classiques d’enroulage, acquises dans le cadre du CAP, restent largement valables ! » La boucle de mamie, c’est peu porteur… « La mise en plis s’inscrit bien dans la logique de développement durable, observe Stéphane Amaru, elle est donc bien dans l’air du temps : moins de chimie, moins de sensibilisation, moins de bruit aussi grâce à l’utilisation de casques infrarouges, à l’instar des techniques de coiffage aux stylers ! » Un peu de mousse coiffante, quelques rouleaux de tailles différentes, des mèches que l’on positionne dans plusieurs directions suivant la tension que l’on exerce lors de l’enroulage et, avec de l’entraînement, on obtient des boucles de qualité très honorable en moins d’une demi-heure. Un coup de brosse « cassera » un peu certaines zones, la laque en fixera d’autres, lesquelles seront ainsi mieux définies. Avoir un bon coup de main, cela consiste aussi à bien prendre sa mèche pour un enroulage net en évitant les faux plis disgracieux. Le plus important : la technique restant peu appliquée, il faut s’entraîner afin de connaître les effets qu’on peut obtenir, en fonction de la dose de produit coiffant utilisée, de la température plus ou moins élevée appliquée (au casque ou au sèche-cheveux) et de la durée plus ou moins longue de cette étape. Il faut aussi apprendre à jouer des angles de montage de la mise en plis : si le montage est plutôt vertical, le mouvement obtenu sera plus naturel, si le montage est plutôt horizontal, c’est le volume qui sera privilégié. « Et puis, la remise à l’honneur du coiffage au sens large présente un gros avantage, se réjouit Stéphane Amaru. Cela nous permet de renouveler notre approche des clientes et d’en accueillir un plus grand nombre par jour ! Nous avons perdu une partie des femmes adeptes de brushing, à nous de leur proposer d’autres coiffages techniques, qui valorisent notre savoir-faire. » Gros atouts de la mise en plis : elle évolue très bien, car elle s’atténue en douceur, et on peut facilement la rafraîchir à la maison ou en salon. C’est en quelque sorte la technique à tout faire… Elle a juste besoin d’un dépoussiérage !