Haute Coiffure Française : de la modernité et du rêve

12/09/2017 Événements/salons
Événements/salons Haute Coiffure Française : de la modernité et du rêve

Ambiance à la fois détendue et concentrée, au Carrousel du Louvre (Paris 1er), en ce dimanche 10 septembre pour la présentation automne-hiver de la Haute Coiffure Française, soutenue par L’Oréal Professionnel. Avec la collection «Beauté unique», le parti pris est clair : il s’agit «de sortir du carcan des tendances pour réinterpréter toutes les beautés», selon les mots de Francis L.Rhod, président de l’organisation artistique. Dont acte, avec une collection oscillant entre long wavy rosé sur les pointes et ultra court très déstructuré éclairé par un bleu-vert flashy, en passant par une coupe masculine trendy ou un carré mi-long châtain souple. Le tout inspiré et porté par des mannequins aux beautés pas forcément classiques, filmés dans des steps by steps diffusés en même temps que la prestation scénique. Mention spéciale pour l’Atelier Beauté Couleur, dans lequel Eric Zemmour proposait une théâtralisation du service balayage, en positionnant divers cônes sur la tête de son mannequin, comme autant de cornes, sur lesquels s’enroulaient les cheveux. L’idée ? «Intriguer la cliente, et proposer un service sur mesure». Et fin de la matinée en apothéose, avec le plateau Beauté Atypique, orchestré par Laurent Decreton, Laetitia Guénaou et Philippe Laurent, autour d’attaches créatives, dans l’esprit de ce qu’on peut voir dans les défilés les plus forts, et déclinées sur des femmes et… un mannequin transgenre. L’après-midi fut aussi très varié, avec le magnifique show du pays invité, la Norvège, et ses plateaux oniriques, puis les résultats du concours Un des meilleurs apprentis de France, et de nouveaux plateaux riches en métamorphoses. Une journée forte en inspiration.

Photo : Laetitia Guénaou pour L'Oréal Professionnel © E.L.

À LIRE AUSSI

Alternative Hair Show : les maîtres de l’utopie capillaire

L’Alternative Hair Show a comme à son habitude créé l'événement avec son format dynamique, qui intégrait 20 mini-shows de moins de 10 minutes réalisés par des équipes venant du monde entier. Autant d’univers qui se sont télescopés, entre le classicisme parfois suranné mais élégant d’un Carlo Bay et l’esprit d’expérimentation souvent inclassable d’un Dmitry Vinokurov.
18/10/2017 Événements/salons